STAGES B-hockey cliquer ici




Vos rubriques préférées

Ces rubriques fixes évoluent de jour en jour. A côté du titre, vous trouvez la date de la dernière mise à jour.

<Octobre 2017>
Aujourd'hui
LMMJVSD
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031
Vous êtes ici :Accueil » Editorial 15/02

15/02/17 Le respect des joueuses et des joueuses

Les messages nous sont arrivés qui soulignent que beaucoup d'efforts vont devoir encore être faits par la fédération (mais pas seulement) pour faire en sorte que cohabitent harmonieusement les clubs, la compétition indoor et outdoor, et les équipes nationales.


La récente compétition en salle a été le théâtre de plusieurs anomalies (appelons-les ainsi) concernant les internationaux. La fédé a autorisé les joueurs (et joueuses) à changer de club pour pratiquer la salle avec des équipes qui prenaient ce sport au sérieux : c’est repris dans les règlements. Les clubs ont donc engagé des joueurs pour composer des équipes les plus compétitives possibles. Ainsi, le Pingouin en Dames a pu compter sur le renfort de Linda Haussener et Anouk Raes, en provenance du Wellington. Tout comme le White Star l’a fait avec Laurine Delforge (Antwerp) et Yana Vorushylo (Victory). Les Red Lions et Panthers avaient reçu l’autorisation de jouer en salle. Si pour les Messieurs, l’autorisation fut respectée, les Dames ont dû renoncer plus tôt que prévu, la WBNT changeant les règles du jeu en cours de championnat. Au grand dam notamment du Pingouin mais également d’autres équipes. Le Pingouin qui a raté sa demi-finale.


Cette même équipe vient de subir une nouvelle injustice à cause d’un championnat mal agencé. En effet, alors que la coupe d’Europe A en salle est programmée du 17 au 19 février, le championnat reprend ce 19 février. Si le match Pingouin-Gantoise est reprogrammé au jeudi qui suit, celui entre le Wellington et l’Herakles qui concerne deux joueuses de l’équipe salle du Pingouin - champion de Belgique devant représenter le pays à Wettingen-, n’a pas été remis par la fédé. Si le Wellington était d’accord de remettre son match, l’Herakles ne l’est pas et rien ne le force à la faire. La fédé n’a pas pris position, alors qu’il s’agit bel et bien d’une obligation pour le club nivellois de se présenter à cette compétition officielle de la fédé européenne. Résultat : Raes et Haussener vont jouer 4 rencontres vendredi et samedi avant de prendre la route de nuit pour rejoindre Bruxelles (600 km de nuit) et pouvoir jouer le dimanche midi à Uccle.

Quant aux Messieurs, le retour à temps de Boon et Charlier n’a pas fait très plaisir à Namur ; mais on ne peut pas dire que le fait d’aligner les deux Red Lions ait été anormal. Ceux qui en prennent ombrage soulignent que la fédé a réussi à faire terminer le stage des Messieurs à temps, pas celui des Dames.


Ce que beaucoup soulignent, c’est qu’auparavant, la règle était que l’international primait avant le national. Cela ne semble plus le cas puisque l’ARBH ne prend pas position dans le cas du Pingouin. D’aucuns avancent que dorénavant, ce cas pourrait faire jurisprudence et que des joueurs pourraient prendre des libertés avec leurs obligations fédérales pour aller gagner quelques émoluments ailleurs.


Des clubs ont posé la question de l’appartenance des joueurs à leur club. Le cas va se représenter l’an prochain avec le White Star en Dames (à moins de réaliser des transferts quelque peu forcés). La saison salle de l’an prochain sera très chargée puisque la coupe du Monde et le championnat d’Europe viendront alourdir le calendrier.


Mais en dehors – et en plus – de ces cas 'salle’, il faudra bientôt ajouter celui de la Global League qui va priver les clubs de leurs internationaux (belges et étrangers). La fédération internationale est occupée à tuer les championnats réguliers tels que nous les connaissons : les clubs risquent l’asphyxie et personne ne semble en mesure de les défendre ; la fédé européenne est muette et la Belgique n’a personne d’autre que son président pour la défendre à l’international.


Au milieu de tout ce cirque, les joueurs et joueuses ne se sentent plus respectés et doivent faire des choix douloureux. Il est temps de réagir et de mettre clairement les règles sur papier afin de conserver une harmonie et un respect entre chacun des intervenants.


N'hésitez pas à donnez votre avis par mail ! 


Les archives de mes éditos





Les partenaires :