STAGES B-hockey cliquer ici




Vos rubriques préférées

Ces rubriques fixes évoluent de jour en jour. A côté du titre, vous trouvez la date de la dernière mise à jour.

<Septembre 2018>
Aujourd'hui
LMMJVSD
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Vous êtes ici :Accueil » Les clubs » Vie des clubs

Les News !


08-10-2013Formation : la formation des jeunes à l'indiana

Formation : la formation des jeunes à l'indiana

Patrick Hermans a repris l'école des jeunes de l'Indiana. Le club en plein boom compte plus de 800 membres. Un fameux job !


Okey : Le travail d’un directeur d’école de jeunes n’est pas simple ?
Patrick Hermans : Oui, c’est un gros boulot qui exige beaucoup de monde pour encadrer les jeunes suivant des critères de qualité.

Okey : Combien d’entraîneurs ?
Patrick Hermans : Une quarantaine. Je mets deux entraîneurs par équipe au minimum, et je me concentre surtout sur les petits : c’est à ce stade là que nous devons apprendre les bases et les bons gestes. Surtout au niveau des écureuils où les arrivées sont nombreuses et que les besoins sont grands. Nous manquons d’entraîneurs, il nous en faudrait une dizaine. Avec notre deuxième terrain, nous sommes plus à l’aise et nous pouvons faire des groupes plus petits de 4 à 5 enfants avec un entraîneur dédié.

Okey : Il y a un problème d’âge des entraîneurs…
Patrick Hermans : Oui, car dès qu’ils rentrent à l’université, ils ne sont plus aussi disponibles. Il suffit d’une seconde session et on ne les voit plus avant le début octobre (à cause des examens, des vacances de septembre et des rentrées tardives passé la mi-septembre). Or les entraînements doivent débuter au début août. Donc j’ai des entraîneurs de plus en plus jeunes. Précédemment, on avait encore des anciens qui entraînaient ; actuellement, je n’ai même plus un seul joueur de première comme entraîneur car leurs contraintes sont devenues plus élevées.

Okey : il y a un gros contrôle de ta part ?
Patrick Hermans : Oui, c’est essentiel. Je forme les entraîneurs. Ils ont au départ une formation de base de deux heures et ensuite tous les mois, un rafraîchissement par groupe de 7. Ils sont corrigés sur base de leurs rapports permanents (après chaque entraînement pour lesquels ils ont reçu un planning et des exercices par internet, ils doivent rentrer un feedback), puis sur le terrain. Mon ambition est d’arriver à une excellente qualité de mes entraîneurs.

Okey : Les entraîneurs ne sont pas des coaches…
Patrick Hermans : Effectivement. Il y a là aussi tout un travail de formation à effectuer. Les jeunes qui entraînent sont souvent trop jeunes pour coacher. On doit impliquer les parents et les former à encadrer leurs jeunes. J’ai un programme à suivre par tout le monde de manière à ce que tout le monde coache de la même façon, au niveau basique. PC, sortie de pc, attaque, défense, système de jeu, etc. J’utilise également la vidéo et je demande aux coaches de venir voir les films pour corriger ce qui doit l’être.

Okey : C’est un job full-time ?
Patrick Hermans : Oui, je suis sur le terrain 4 jours par semaine. C’est devenu obligatoire d’avoir un directeur sportif qui coordonne tout cela. Il y a 800 membres ici et on doit les encadrer.

Okey : Et c’est ton travail ?
Patrick Hermans : Non, c’est plus un hobby. Je ne cherche pas à gagner ma vie ainsi ; c’est la passion qui m’anime. Mais ça reste professionnel dans la manière de travailler.

 







Les partenaires :