STAGES B-hockey cliquer ici




Vos rubriques préférées

Ces rubriques fixes évoluent de jour en jour. A côté du titre, vous trouvez la date de la dernière mise à jour.

<Octobre 2018>
Aujourd'hui
LMMJVSD
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
Vous êtes ici :Accueil » Les clubs » Les dirigeants

Les News !


27-05-2013Le hockey belge : un tour d'horizon avec Robert Lycke (3)

Le hockey belge : un tour d'horizon avec Robert Lycke (3)

Suite de l'entretien avec Robert Lycke et ce chapitre important de la capacité des clubs de suivre le rythme.. avec l'idée de la Licence.


Relisez la première partie de l'interview
puis relisez la seconde partie de l'interview


okey : A propos des clubs, les finales du play-off au Watducks furent un succès.

Robert Lycke : Oui, extraordinaire. Plus de 5.000 personnes; et tout cela malgré une annonce tardive ! On a eu de la chance avec cette masse de spectateurs. Il ne faudrait pas une catastrophe comme l'effondrement d'une tribune parce que tous les spectateurs se mettraient à scander en cadence. A notre niveau, ces organisations sont du bric-à-brac. On bricole, le matériel n'est pas up-to-date. On ne peut pas rêver d'un stade de hockey de 5 ou 7000 places pour deux manifestations par an. Mais il faut que le hockey se dote avec d'autres sports d'un stade multi-sport comme il en existe un à Utrecht. On pourrait y avoir un sol adaptable et amovible, avec du gazon, du synthétique, du parquet et qu'il puisse être utilisé par différents sports ou même à des activités culturelles. Et on peut monter facilement au-delà des 7000 spectateurs.

 

okey : Il n'y a pas beaucoup de terrains qui sont capables d'abriter de tels événement comme les play-offs.

Robert Lycke : Là, on touche un problème grave et urgent. Il n'y a que quatre stades complètement en ordre en Belgique. Cela comprend le tapis, l'arrosage, l'éclairage et les infrastructures autour des terrains. On avait créé une commission qui avait agréé les terrains; mais cela n'a pas continué. Et on a joué en nocturne des matches de championnat sur des terrains pas en ordre, surtout au niveau éclairage.

 

okey : Quelles sont les normes ?

Robert Lycke : Il faut minimum 280 LUX de moyenne. Cela veut dire qu'on doit avoir des pointes de 5 à 600 LUX en sachant que la répartition de la lumière n'est pas uniforme.

 

okey : On en arrive à l'idée d'une licence.

Robert Lycke : Oui, et certainement maintenant que le hockey se professionnalise. Cela doit venir des dirigeants de la fédé. Cette licence doit comprendre la qualité des terrains mais aussi tout ce qui est administratif et financier. On doit contrôler les finances et s'assurer que les clubs seront à même de payer ce qu'ils doivent à la fédé. Actuellement, si on est pas en ordre financièrement, on est privé de vote à l'Assemblée Générale. C'est insuffisant. L'ARBH doit être exigeante. Et sanctionner. Il faut savoir d'où vient l'argent et à quoi et comment il est utilisé.


okey : Avec un cahier de charges ?

Robert Lycke : Il faudra établir une liste de critères pour que les clubs soient en ordre au niveau des infrastructures, mais aussi au niveau administratif et financier. Avec sanction à la clé pour le club qui n'est pas en ordre mais aussi avec une aide de la fédé au niveau de l'encadrement et aussi pourquoi pas une aide financière.






Les partenaires :