STAGES B-hockey cliquer ici




Vos rubriques préférées

Ces rubriques fixes évoluent de jour en jour. A côté du titre, vous trouvez la date de la dernière mise à jour.

<Septembre 2019>
Aujourd'hui
LMMJVSD
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30
Vous êtes ici :Accueil » Tous les articles

Les News !


04-04-2013Portraits : Benoît Houssolonge, the Judge

Portraits : Benoît Houssolonge, the Judge

Benoît Houssolonge est un des rares Belges présent au niveau international; il officie en tant que Juge de table. Il était présent à Amstelveen.


Okey : Qui es-tu ?
Benoît Houssolonge : Ca fait presque 25 ans que je joue comme gardien au Baudouin où je suis passé par toutes les catégories d'Ecureuils à la Première en passant par la Mineure 4. J'ai aussi, pendant plusieurs années, entrainé et coaché des équipes de jeunes et je suis devenu secrétaire du club il y a 5 ans. Quand j'ai arrêté de jouer en première, je me suis aussi mis à  l'arbitrage national. A côté de Baudouin, j'essaye de me mettre au service des autres clubs (arbitrage, questions administratives, ...). Je suis aussi le  président de la commission jeunes de Vlaanderen. Le pas vers l'Europe est  donc une suite logique dans cet agenda déjà bien  chargé.

Okey : Tu as été désigné comme Juge pour l'EHL. Ce n'est pas ta première "prestation" ?
Benoît Houssonlonge : Ce  n'est pas la première fois que je suis comme juge en EHL, j'avais déjà eu le  plaisir d'y toucher comme juge local lors du premier tour au Dragons la saison  passée. J'ai aussi déjà fait plusieurs autres tournois EHF, mais l'EHL reste  quand-même quelque chose de spécial.


Okey : Comment est-on choisi comme “judge” ?

Benoît Houssonlonge : Sur un tournoi  il y a plusieurs fonctions TD – TO – Juge – UPM – arbitres. Les officiels (=  tous sauf les arbitres) sont directement désignés par une commission de la fédération  européenne. C'est aux fédérations locales de rentrer une liste de noms dans laquelle l'EHF peut faire son choix. Après, chacun peut monter en grade dans le 'ranking européen' suite à ses prestations lors de ses tournois (chaque officiel reçoit un rapport individuel du Tournament Director).Pour chaque  tournoi, il y a aussi un TO et des juges locaux. Ceux-ci sont désignés par la  fédération du pays qui organise un tournoi. Ceci permet de réduire les frais de  transport et permet aussi de faire découvrir la fonction à des nouvelles personnes.


Okey : Quel est le travail d'un juge ?

Benoît Houssonlonge : Nous gérons tout l'aspect administratif du  tournoi. Ca commence avant le tournoi où nous contrôlons l'identité des joueurs ainsi que tous les équipements des équipes. Pendant les rencontres, nous prenons toutes les tâches administratives (feuilles de match, changements, temps, cartes, affichage dans le stade, ...) ainsi que la gestion des bancs. Lors d’un tournoi comme l’EHL, il y a encore l’aspect télévision qui joue un rôle,  surtout quand le match est retransmis en live. En cas d’incidents, c’est aussi à nous de faire des rapports ainsi que de faire fonction de juge (de là le nom) dans le Comité de Contrôle qui en suit. Il est donc  primordial de connaitre aussi bien le règlement administratif que sportif, ainsi qu’avoir une bonne gestion humaine.


Okey : A quel tournoi as-tu déjà participé ?

Benoît Houssonlonge : Tout a commencé lors la coupe d’Europe U-18 au  Pingouin en 2009 où plusieurs arbitres belges étaient désignés comme locaux. Ce n’est qu’en 2011 que Jean-Christophe Capelle m’a demandé d’intégrer le panel européen. La saison passée, j’ai fait le premier tour EHL au Dragons et la Coupe d’Europe des Clubs Indoor 'A’ à Hambourg comme juge, ainsi que la Coupe des Nations U-18 'C’ à Lisbonne comme TO. Cette saison, j’ai été à la Coupe des Nations indoor U-21 'A’ à Vienne comme TO et maintenant l’EHL à Amstelveen. Il me reste  encore cette année la World Ligue à Paris et un petit tournoi au Braxgata. On verra bien où l’avenir m’amènera.


Okey : Comment s'est passé l'EHL KO16 ?

Benoît Houssonlonge : Comme dans chaque tournoi nous avons eu  quelques incidents mineurs. Les rencontres qui n'ont pu commencer à  l’heure prévue suite au terrain gelé, un arbitre qui lance la rencontre alors que  la télévision n’est pas encore prête, un système informatique défaillant, un  joueurs du Dragons qui porte une pièce d’équipement non-homologuée, etc. Lors de  derby allemand Uhlenhorst – Köln, il y a eu deux incidents majeurs qui ont engendré des suspensions. Une carte rouge pour un joueur ainsi qu’un joueur qui à  cassé un drapeau de corner par frustration. Mais en règle générale, ce fut un  tournoi très propre et bien huilé (mon plus calme jusqu'à  maintenant).


Okey : Ce fameux quart entre les Allemands fut musclé, avec Greg Uyttenhove comme arbitre qui fut excellent ?

Benoît Houssonlonge : Ce fût effectivement la rencontre la plus rude  du tournoi. Je crois que le duo arbitral a géré ce match tout à fait correctement, mais que les joueurs n’ont jamais été réceptifs aux messages que les  arbitres voulaient faire passer. Les deux équipes ont eu beaucoup de mal à gérer leurs  émotions (surtout dû au comportement des coaches) et les arbitres ont du sévir en conséquence. C’est le genre de match où on peut mettre le meilleur ou le pire arbitre monde, ça ne changera rien. Une chance pour moi, je me  trouvais gentiment dans les tribunes durant ce match, je n’ai donc pas été confronté au calvaire administratif qui a suivi la  rencontre.


Okey : Juge n'est pas ton seul job au niveau international ?

Benoît Houssonlonge : J’ai déjà eu  des désignations comme TO (Technical officer) et l’étape suivante serait de devenir TD (Tournament Director), mais qui est encore une toute autre fonction. 


Okey : Et comme arbitre .

Benoît Houssolonge : Les désignations comme arbitre, c’est tout à fait différent. C’est une autre liste de personnes et ce sont des autres compétences. Quand je vois la qualité des arbitres dans un tournoi comme l’EHL, je me rends bien compte que je n’aurai rien à faire là en tant qu’arbitre. Ce qui n'est pas toujours le cas dans les tournois où il y a des nations et du coup des arbitres un peu plus 'exotiques’. Mais partir en tant  qu’arbitre en tournoi ne me déplairait certainement pas


Okey : Il y a peu de Belges au niveau international; dommage non ?

Benoît Houssonlonge : Le paysage est effectivement dominé par les  Anglo-Saxons et le Bataves. Je ne sais pas vraiment dire d’où vient ce manque de  compatriotes à l’échelle internationale. Nous avons pourtant beaucoup d’atouts pour avoir plus de monde. La Belgique est devenue une des grandes nations dans le monde du hockey, le Belge s’exporte bien et le Belge a la facilité des  langues (FR-NL-EN-D). La langue primaire dans les tournois est l’anglais (en EHL le néerlandais est grand atout) et il vrai que vis-à-vis des équipes des pays de l’Est, le russe pourrait être pratique aussi (hormis quelques insultes, je ne le pratique pas). Lors de la Coupe d’Europe au Braxgata, deux nouvelles juges belges feront leur apparition (bonne chance à elles). Au plus les clubs belges organiseront de tournois, au plus il pourra y avoir des  désignations comme locaux. S’ils persévèrent après ces torunois, ils pourront accroître le nombre de Belges au niveau international.


Okey : Un conseil ?

Benoît  Houssonlonge : Je suggère à chacun de saisir sa chance si elle ce  présente. Ces tournois sont un enrichissement aussi bien sur le plan social que celui des compétences. Par exemple, j’ai eu à Amstelveen le privilège de suivre une rencontre avec l’arbitre vidéo dans le camion régie, on y redécouvre le sport d’un tout autre angle. On aussi apprend beaucoup de choses en observant la gestion des arbitres qu’on peut reprendre dans notre championnat local.






Les partenaires :