STAGES B-hockey cliquer ici




Vos rubriques préférées

Ces rubriques fixes évoluent de jour en jour. A côté du titre, vous trouvez la date de la dernière mise à jour.

<Juin 2019>
Aujourd'hui
LMMJVSD
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Vous êtes ici :Accueil » Tous les articles

Les News !


11-12-2013Salle : Les Messieurs pour monter en A

Salle : Les Messieurs pour monter en A

Marcello Orlando fait avec les moyens du bord. Avec passion et ambition. L'objectif est la montée en division européenne A, le top 8.


Okey : Comment se passe la préparation ?
Marcello Orlando : Tout va bien.On s'entraîne tous les lundis soir à l'Ecole Militaire, et cela depuis trois semaines. On est dans une semaine importante au niveau prépa. En effet, on joue jeudi soir contre Schaarweghe, vendredi et samedi contre l'équipe nationale des Pays-Bas. Trois rencontres pour tester mon noyau.

Okey : Vous restez loger?
Marcello Orlando : Uniquement le jeudi soir. En fait, je joue avec deux parties de l'équipe. On essaye de ne pas faire trop de dépenses et ainsi, c'est un noyau qui joue les deux premières rencontres, et un autre samedi.

Okey : Combien de joueurs dans ce noyau ?
Marcello Orlando : Il y a 20 joueurs et quatre gardiens. On se prépare à 24 jusque fin décembre. La sélection définitive tombera le 28 après la rencontre Belgique - Pays-Bas à Knokke. Là, je garderai 14 joueurs; je ne pars en Suisse qu'avec 12 joueurs.

Okey : Vous jouez à Knokke ?
Marcello Orlando : Oui, les Hollandais ont demandé sur quelle surface on jouait. Si ce n'était pas sur vynile, ils ne venaient pas; c'est aussi simple que ça !

Okey : Votre noyau ne comporte pas de joueurs des Red Lions ?
Marcello Orlando : Non, aucun.Par contre, des moins de 21, je pourrais récupérer Max Plennevaux et peut-être Tanguy Zimmer: ce sont deux joueurs qui ont le niveau pour nous rejoindre. On verra à leur retour de l'Inde; ils auront une semaine de repos et ils pourront alors rejoindre le noyau et se battre pour leur place.

Okey : Quels joueurs pour l'équipe, y a-t-il des arrêts de grosses pointures ?
Marcello Orlando : Quelques anciens arrêtent comme Alex de Chaffoy qui devient T2, Laurent Balon-Perrin qui vient de se casser le pouce à l'entraînement. Vitali Kholopov arrête car en fait, je joue le long terme et je privilégie les jeunes qui pourront s'investir pour le futur.

Okey : Vous avez un tournoi international le 10 janvier?
Marcello Orlando : Oui, c'est un Tri  Nation à Erasme. Il y aura l'Ecosse et l'Angleterre.

Okey : Les surfaces ?
Marcello Orlando : A part l'Ecole Militaire, il n'y a pas de salle en parquet en Belgique. Or, c'est ce qu'il faut pour jouer en international. On part donc avec un handicap. Pas moyen de faire autrement pour le moment.

Okey : Et pas de budget pour installer une salle de haut niveau ?
Marcello Orlando : Non. Tout le budget va au voyage en Suisse. Tout est organisé au mieux pour nous mettre dans de bonnes conditions pour le championnat d'Europe. On a un hôtel près de la salle.

Okey : Toujours ce problème de budget ?
Marcello Orlando : Oui, c'est réduit. On fait avec. L'encadrement est défrayé correctement pour les deux mois et demi de la compétition; on est loin des défraiements de l'outdoor. Les joueurs paient leurs déplacements, même pour jouer en Hollande. Tout le monde participe à cette campagne pour la fierté de porter le maillot; c'est par passion. Et je ne veux pas tomber dans la vente de massepain pour aider au budget : on est tout de même une équipe nationale, non ?

Okey : L'objectif à la Coupe d'Europe ?
Marcello Orlando : Terminer au moins aux deux premières places qui nous permettent de remonter en A pour les prochains championnats d'Europe en 2016. Idéalement, je voudrais terminer premier : ainsi, on serait qualifié pour la Coupe du Monde en 2015, et ça c'est vachement intéressant.

Okey : Quid des nouvelles règles ?
Marcello Orlando : Pour le moment, dans le championnat belge, ça ne change pas grand'chose. On attaque à deux joueurs au lieu de trois. On attend plus car les contre-attaques sont très dangereuses. Il faudra que je voie ce que ça change au niveau international; je dois encore étudier cela. J'ai Olivier Nonnon qui est là pour ces analyses.






Les partenaires :